La Mort de Judas Iscariote dans les Bibles moralisées du XIIIe siècle

Publié dans la Revue Mabillon, Nouv. série 18 (t. 79),2007, pp. 163-189 https://www.brepolsonline.net/doi/pdf/10.1484/J.RM.2.303606

Épisode anecdotique du Nouveau Testament, rapporté uniquement dans l’Évangile de Matthieu 27, 5 et dans les Actes des apôtres 1, 18, la pendaison de Judas apparaît dans l’art chrétien dès le IVe siècle et devient au Moyen Âge un thème familier de l’exégèse et de l’iconographie. À partir du XIIe siècle, avec la diffusion des légendes de Judas et le développement du théâtre religieux dès la fin du XIIIe siècle, le thème se popularise. C’est à cette époque que ses canons iconographiques vont se modifier et sa charge symbolique s’alourdir.

Il existe deux traditions scripturaires différentes de cet épisode: d’après Matthieu, Judas, pris de remords, serait aller jeter les trente deniers de la trahison dans le Temple, puis se serait pendu. Dans les Actes, Pierre rapporte qu’il aurait acquis un champ du « salaire de l’iniquité » et qu’il serait mort d’une mystérieuse chute accompagnée d’une éventration. La Vulgate de Jérôme avait harmonisé ces deux versions du suicide et du châtiment divin en proposant comme traduction de ce passage: « et suspensus, crepuit medius et diffusa sunt omnia viscera eius » (Actes 1, 18). L’iconographie de la mort de Judas au début du XIIIe siècle en est la parfaite illustration, comme en témoignent les Bibles moralisées.

Le terme de « Bible moralisée » apparaît pour la première fois dans un manuscrit parisien du début du XVe siècle, aujourd’hui conservé à Gand (ms 141, Universitetsbibliotheek, 1407-1420). À partir de 1911, il fut repris avec succès par Alexandre de Laborde pour qualifier une série de bibles illustrées, composées de passages bibliques et de leurs moralisations, le tout richement illustré de médaillons enluminés. Ces Bibles moralisées nous ont été transmises en 13 manuscrits, dont quatre datent de la première moitié du XIIIe siècle: deux manuscrits conservés à la Bibliothèque Nationale de Vienne, un manuscrit en trois volumes au trésor de la cathédrale de Tolède, dont les huit dernières pages sont conservées à la Pierpont Morgan Library à New-York, et un manuscrit aujourd’hui dispersé dans les bibliothèques d’Oxford, de Paris et de Londres, dit Bible OPL.

  • Vienne, Österreiche National Bibliothek, ÖNB 2554, vers 1220
  • Vienne, Österreiche National Bibliothek, ÖNB 1179, vers 1220
  • Tolède, Bibl. Del Cabildo, Bible moralisée, Vol. I-III, 1230-1235
  • New-York, Pierpont Morgan Library, M 240, Bible moralisée (Tolède), 1230-1235
  • OPL, Oxford, Bodleian Library , Bodl. 270b, 1230-1235
  • OPL, Paris, Bibliothèque Nationale de France, lat. 11560, 1230-1235
  • OPL, Londres, British Library, Harley 1527, 1230-1235

Le codex viennois 2554 est aujourd’hui considéré comme le plus ancien, même si certains auteurs voient dans le codex 1179 les traces d’un archétype perdu, qui donnerait sa forme à l’ensemble des Bibles moralisées. Les deux manuscrits viennois auraient été exécutés dans les années 1220, le premier peut-être pour Philippe Auguste et le second, plus probablement, pour son fils Louis VIII. C’est à la demande de Blanche de Castille que sont réalisées vers 1230-1235, dans un atelier parisien, la Bible de Tolède et la Bible OPL, cette dernière recopiée en partie sur la première. Les très nombreuses miniatures (4896 médaillons dans Tolède; 4984 dans OPL) et les moralisations sont un témoignage inestimable sur la société et la monarchie française du début du XIIIe siècle. L’historiographie, après une approche codicologique et philologique, a adopté une démarche plus thématique, dans laquelle nous voulons nous inscrire en nous penchant sur le thème de la mort de Judas Iscariote.

La pendaison de Judas apparaît cinq fois dans les bibles de Tolède et OPL ; si elle n’apparaît qu’une fois dans les deux codex viennois, c’est que ceux-ci sont incomplets, voire inachevés. Elle figure, bien entendu, dans les Évangiles, mais aussi, de manière plus fortuite, comme moralisation dans le second livre des Rois, dans les Psaumes, les Proverbes et le livre de Zacharie. Si l’iconographie du sujet est peu variée dans l’ensemble, son contexte, c’est-à-dire le dialogue qu’il entretient avec le texte et avec les autres images, est riche d’enseignements. Sa déclinaison allégorique à travers la Bible moralisée contribue à en faire une mort archétypale. La mort de Judas, c’est le châtiment du traître, de l’usurier, de l’impie, du pécheur : c’est l’image même de la damnation.

PLAN

  1. Le récit de la mort de Judas dans les Évangiles
  2. Suicide ou châtiment ?
  3. Le paradigme de la mauvaise mort

Pour consulter l’article: 

https://www.brepolsonline.net/doi/pdf/10.1484/J.RM.2.303606

Conclusion :

Si Judas n’est pas le seul suicidé de l’iconographie médiévale, il paraît bien en être l’archétype. Même s’il est difficile d’établir des statistiques sur le sujet, il semble que le thème soit de plus en plus fréquent à partir du XIIe siècle et connaisse une plus grande visibilité . Cette récurrence/amplification peut s’expliquer par un processus complexe qui prend naissance au XIIe siècle et se développe au XIIIe en conjuguant plusieurs facteurs :

  • Le réveil évangélique et la dévotion à l’humanité du Christ, en particulier à sa Passion, qui renouvellent l’intérêt pour la figure du traître et pour sa mort considérée comme châtiment.
  • « La promotion et le triomphe du narratif » qui favorise le développement du thème iconographique et le succès de sa légende. Judas, figure néo-testamentaire, inquiétante mais peu caractérisée, et qui avait suscité pendant des siècles les hypothèses les plus diverses sur ses motivations, devient un personnage romanesque. Sa vita, apparue au XIIe siècle, se propage très vite, entre autre grâce au succès de la Légende Dorée de Jacques de Voragine. Dès la fin du XIIIe siècle, il devient un personnage important des drames liturgiques et sa pendaison est mise en scène, aux siècles suivants, dans les Mystères et les Passions
  • L’exaltation de la pauvreté et la condamnation de l’argent, en contradiction avec une société en pleine révolution économique.
  • L’élaboration de royautés sacrées, consacrées en particulier par les Bibles moralisées et qui classent la félonie au rang de péché.
  • La montée de l’anti-judaïsme, voire de l’antisémitisme, qui promeut plus que jamais Judas au rang d’archétype75.
  • L’encadrement croissant des sociétés occidentales par l’Église (la place de Judas est essentielle par exemple dans la pédagogie de la confession et de la pénitence) et par les pouvoirs civils, en particulier dans les cas de suicide (condamnation juridique avec interdiction de sépulture en terre sacrée, confiscation des héritages et parfois dans certaines coutumes locales, supplice du corps).

La Bible moralisée, à travers ses déclinaisons de la pendaison de Judas, témoigne de toutes ces tendances. Judas y métaphorise la figure de l’Autre et sa « Passion », châtiment plus que suicide, y joue un rôle cathartique évident.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search